Bannière Template Élections américaines 2016

 

analyses
La publicité électorale négative en 2016 (3) : Retour sur les publicités marquantes depuis l'élection présidentielle américaine de 1952

Charles-Antoine Millette, 07 novembre 2016

  Captura de pantalla 2016-11-04 a las 14.37.37  


Ce billet constitue la dernière partie d'une réflexion en trois parties sur les publicités négatives

Les deux premiers billets de cette série de trois ont été l’occasion d’analyser les publicités électorales négatives télévisées diffusées par Donald Trump et Hillary Clinton dans le cadre de la campagne présidentielle américaine qui se déroule en ce moment. Cela nous a permis d’étudier et de comparer les thèmes abordés et les stratégies déployées par les candidats dans leurs publicités négatives afin de discréditer leur adversaire. Nous avons également été en mesure d’examiner les effets de la publicité négative, notamment son effet boomerang et son impact sur la participation électorale aux États-Unis. Il ne faut toutefois pas perdre de vue le fait que le recours à la publicité négative ne constitue pas une exclusivité de la présente campagne ; la publicité négative fait partie du paysage électoral américain depuis de nombreuses années. Il importe de noter que celle-ci a beaucoup évolué depuis son entrée sur la scène politique américaine au début des années 1950. À quelques jours du scrutin du 8 novembre, nous proposons donc de jeter un regard sur les publicités négatives qui ont marqué les élections présidentielles américaines depuis leur apparition en 1952.

1952 : Dwight D. Eisenhower vs Adlai Stevenson
Le recours à la publicité électorale télévisée lors de cette campagne présidentielle a eu pour effet de révolutionner la façon dont les candidats gagnent les élections : « Television had delt a mortal blow to traditionnal political speech » . Ainsi, le candidat républicain Dwight Eisenhower a diffusé la série de publicités « Eisenhower Answers America » et la publicité « Ike for President » , alors que le candidat démocrate Adlai Stevenson s'est attaqué à son adversaire en diffusant la publicité « Platform Double Talk », dans laquelle on attaque les promesses contradictoires des républicains à propos de certains enjeux de politique étrangère.

 

1956 : Dwight D. Eisenhower vs Adlai Stevenson
Lors du deuxième duel entre Eisenhower et Stevenson, ce dernier a utilisé la publicité négative afin de susciter la peur au sein de l'électorat américain en émettant l'hypothèse que le vice-président Richard Nixon, qui ne bénéficiait pas de la confiance des Américains, pouvait devenir président advenant le décès du président Eisenhower, qui avait été victime d'un infarctus l'année précédente. 

 

1964 : Lyndon B. Johnson vs Barry M. Goldwater
Lors de cette élection, le président Lyndon B. Johnson cherchait à obtenir une victoire fracassante face à son adversaire républicain Barry M. Goldwater, afin d'avoir la légitimité nécessaire pour réaliser son programme législatif menant à la création de la Grande Société . Diffusée une seule fois le soir du 7 septembre 1964 sur les ondes de réseau NBC, la publicité « Peace Little Girl », communément appelée « Daisy », visait à dépeindre Goldwater comme un candidat dangereux qui n'hésiterait pas à utiliser l'arme atomique dès qu'il en aurait l'opportunité : « [he] would destroy Social Security, end government programs to aid the poor, and potentially launch a nuclear war that could endanger all humanity » . Cette publicité, qui est considérée comme étant la publicité électorale télévisée la plus marquante de l'histoire des États-Unis, ne faisait pas explicitement référence au candidat républicain : « [the ad] evoked a deep feeling in many people that Goldwater might actually use nuclear weapons. This mistrust was not in the Daisy spot. It was in the people who viewed the commercial » . Lors de la campagne présidentielle de 2016, l'équipe de Hillary Clinton, et plus précisément le comité Hillary Victory Fund, a d'ailleurs diffusé une publicité négative inspirée de cette publicité afin de remettre en doute la capacité de Donald Trump d'assumer les responsabilités qui incombent à la présidence en matière de feu nucléaire .

 

1988 : George H. W. Bush vs Michael S. Dukakis
L'élection présidentielle de 1988 représente quant à elle un tournant en matière de publicité négative télévisée aux États-Unis. Cela s'explique principalement par la virulence des attaques du candidat républicain George H. W. Bush à l'endroit de son adversaire démocrate Michael S. Dukakis, anciennement gouverneur de l'État du Massachusetts. Ainsi, les publicités « Harbor », « Tank Ride », « Revolving Door » et « Willie Horton » avaient toutes pour but de discréditer Dukakis en s'attaquant à son bilan à titre de gouverneur, notamment en ce qui concerne l'environnement et le système carcéral. Dukakis a alors répliqué avec la diffusion de la publicité « Counterpunch », dans laquelle il dénonce la campagne publicitaire de son adversaire. Lors de cette élection, la négativité est devenue pour la première fois un enjeu électoral : « the nominees debated who was the most negative and who was responsible for the “dirty“ politics » .

 

2004 : George W. Bush vs John Kerry
Les publicités les plus percutantes de cette campagne présidentielle sont sans aucun doute attribuables au Political Action Committee (PAC) Swift Boat Veterans for Truth. Ainsi, les publicités négatives « Sellout » et « Any Questions? » visaient à discréditer le candidat démocrate John Kerry. Celui-ci était alors dépeint comme un traitre et un menteur sur la base de son témoignage devant un comité du Sénat en 1971 concernant les crimes de guerre qui ont été commis par des soldats américains durant la guerre du Vietnam. Son adversaire républicain George W. Bush a également eu recours à la publicité négative afin de remettre en question son honnêteté et sa fiabilité, comme en témoigne la publicité « Windsurfing », dans laquelle on l'accuse d'être une girouette sans scrupule.

 

2008 : Barack Obama vs John McCain
Diffusée par le candidat républicain John McCain, la publicité « Celeb » compare le candidat démocrate Barack Obama à des célébrités américaines, comme Paris Hilton et Britney Spears, tout en insistant sur son manque d'expérience et de vision et en s'attaquant à ses promesses en matière d'énergie et d'environnement . Il est probable que cette publicité ait contribué à la défaite de John McCain, dans la mesure où elle aurait eu l'effet d'un boomerang contre son émetteur : « The McCain campaign's recent angry tone and sharply personal attacks on Senator Barack Obama appear to have backfired and tarnished Senator John mcCain more than their intended target » .

***

En conclusion, il est à noter que la publicité négative n’est pas l’apanage des candidats présidentiels, dans la mesure où les PAC et les Super PAC peuvent avoir recours à ce type de publicité contre l’un ou l’autre des candidats en lice. De plus, la publicité négative est utilisée lors des élections au Congrès des États-Unis , des élections au sein des États (gouverneurs et législatures) et des élections municipales . Le recours à la publicité négative est donc une pratique répandue à tous les paliers de gouvernement aux États-Unis, ce qui fait d’elle une partie intégrante de la culture politique américaine.

 

 
   
   

consultez la liste complete